Les 200 ans de la Compagnie des Guides de Chamonix

Publié le 08/04/2021
Histoire
Claire
Fête de Guides

Cet été sera ponctué par un programme d'événements pour souffler les 200 bougies de la plus ancienne Compagnie des Guides du monde. 

Rejoignez la cordée et découvrez le programme d’événements de l’été 2021

Voir le teaser

 

 
1821 – 2021 : Une cordée qui traverse le temps


La Compagnie des Guides de Chamonix c’est 200 ans d’histoires de guides, d’amitiés et d’exploration avec comme vocation constante de faire vivre à ses clients une aventure humaine et sportive dans un « monde au-dessus du monde ».

« Ce sont les clients qui font que l’on existe et qui créent notre profession. Pour le client, le guide donne accès à un nouvel horizon en lui permettant de transformer ses rêves en objectifs puis en réalité ». Olivier Gréber, Président de la Compagnie

La plus ancienne compagnie de guides de haute-montagne au monde fut créée à Chamonix en 1821. 200 ans plus tard, l'organisation compte 180 guides de haute montagne et 60 accompagnateurs en moyenne montagne. Depuis sa création, la Compagnie des Guides de Chamonix a toujours fait figure de précurseur. Ses membres ont participé activement à écrire l’histoire des sports de montagne en faisant preuve d’engagement, d’imagination et d’innovation.

 

1741 - 1821 : Sa Fondation


On considère souvent que tout commence en 1741 lorsque deux grands explorateurs britanniques font part de leur fascination pour les « glacières » de la région et en particulier pour la Mer de Glace. Le nombre de visiteurs augmente alors rapidement et les habitants du « bourg » de Chamonix, déjà chasseurs et cristalliers, deviennent naturellement des guides locaux.
La Compagnie des guides de Chamonix est créée en 1821 suite à un accident au Mont Blanc où les guides Auguste Tairraz, Pierre Balmat et Pierre Carrier perdent la vie. Un fond de solidarité est mis en place afin d’aider les familles endeuillées et un principe de répartition équitable du travail est établi : la Caisse de Secours et le Tour de Rôle sont nés. La Compagnie compte alors 34 membres dont Jacques Balmat qui a réussi la première ascension du Mont Blanc en 1786.

 

1821-1865 : La Conquête


Cette période est marquée par un véritable engouement de la bourgeoisie anglo-saxonne pour la haute montagne. La majorité de l’arc alpin reste à découvrir et la chasse aux premières bat son plein. La décennie 1855-1865 est considérée comme « l’âge d’or de l’alpinisme » car elle est sans conteste la plus prolifique de toute l’histoire de l’alpinisme.
Michel Croz et son client anglais Edouard Whymper sont certainement une des cordées les plus célèbres de l’époque. Ils réalisent en 1865 la première ascension de l’Aiguille Verte, des Grandes Jorasses et du Cervin où Michel Croz trouve tragiquement la mort à la descente.

Baxter print

 

1865-1940 : L'Ouverture


Une fois les principaux sommets gravis par leurs voies normales, les alpinistes se tournent vers la réalisation d’itinéraires plus techniques. Petit à petit, la haute montagne se démocratise et les premières cordées sans guide font leur apparition. Le métier de guide commence également à attirer des personnes non natives des vallées de montagne.
Roger Frison Roche est en 1930 le premier guide « étranger » à intégrer la Compagnie. Également écrivain, ses romans de montagne marquent encore profondément l’imaginaire collectif. Armand Charlet, surnommé le « Prince des Guides », reste la figure emblématique de l’entre-deux-guerres. Il réalise avec ses clients ou en amateur, notamment avec Camille Devouassoux, d’innombrables ascensions dont l’Aiguille Verte ... 100 fois !

 

1945-1974 : l’Aventure


De plus en plus techniques et engagées, les grandes ascensions de cette époque sont réalisées le plus souvent par des cordées de guides sans client. Les expéditions lointaines se généralisent peu à peu. En 1950, Louis Lachenal réalise avec Maurice Herzog la première ascension de l’Annapurna qui permet à la France de remporter la course au premier 8000. Gaston Rébuffat, Lionel Terray, Gérard Devouassoux, Georges Payot et René Desmaison pour ne citer qu’eux sont également particulièrement actifs dans les Alpes comme à l’étranger.
Le développement des remontées mécaniques dans la Vallée de Chamonix (Aiguille du Midi en 1955 et Grands Montets en 1964) permet à la haute montagne de se démocratiser encore davantage. Le métier de guide reste néanmoins principalement exercé l’été et il est donc souvent combiné à une autre activité.

Cie des Guides

 

1974 - aujourd’hui : La Métamorphose


Grâce à l’essor du tourisme hivernal, le métier de guide commence à être exercé toute l’année ce qui permet aux guides de pouvoir devenir mono-actifs. En parallèle des activités traditionnelles pratiquées en haute montagne, de nouvelles activités se développent : trekking, eaux vives, canyoning, via ferrata … Afin de répondre à l’évolution de la demande, la Compagnie ouvre ses rangs aux accompagnateurs en montagne puis se restructure administrativement en profondeur.
Les guides de la Compagnie sont toujours très investis dans les grandes réalisations associant excellence technique et exploration. Christophe Profit marque les esprits par ses ascensions solitaires et ses enchainements incroyables. Thierry Renault et Alain Ghersen s’illustrent par leurs escalades de très haut niveau. Enfin, Jérôme Ruby et Dédé Rhem réalisent en snowboard des descentes hors du commun.
Les guides et accompagnateurs sont par essence des voyageurs, qui visitent régulièrement les massifs lointains. Certains ont créé des associations pour venir en aide aux populations montagnardes sur d’autres continents et leurs actions sont soutenues par la Compagnie des Guides : Julien Héry au Pakistan, Jean Raphoz au Népal …
Parmi les guides aujourd’hui, nombreux sont ceux qui s’illustrent par leur pratique en amateur de haut niveau :  Vivien Bruchez, Julien Héry, Yannick Gradziani, Fanny Scmutz …

 

Devenir Guide


A travers les siècles nous retenons quelques surnoms haut en couleur qui ponctuent cette belle histoire des guides : Cachat Le Géant, Cupelin « Capitaine du Mont Blanc », Couttet « Baguette », Ravanel le Rouge « Guide des Rois », Couttet « Champion » …
Depuis ses débuts, le métier de guide a bien évolué. Au début la transmission se faisait par compagnonnage. Les apprentis guides étaient d’abord muletiers et ensuite porteurs afin d’assister les guides. C’est seulement en 1948 que la formation des guides devient réglementée avec la création de l’ENSA (Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme) à Chamonix.
La formation pratique et théorique dispensée par l’ENSA dure un minimum de cinq ans. Un examen probatoire donne accès au statut d’aspirant guide et un diplôme d’état officialise le titre de Guide de Haute Montagne.
Pour différencier le métier de guide de haute montagne et celui d’accompagnateur en moyenne montagne (AMM), on peut dire que le premier évolue dans des milieux nécessitant du matériel et des techniques propres à l’alpinisme (encordement, crampons, piolets …), tandis que le second fait découvrir les milieux montagnards naturels, patrimoniaux et humains. Ces deux métiers nécessitent une excellente condition sportive.
Si les femmes sont majoritaires chez les accompagnateurs, elles sont très minoritaires chez les guides. Seulement six en 2021, ce qui est néanmoins largement supérieur à la proportion au sein de la profession. En moyenne, trois à cinq nouveaux professionnels intègrent la Compagnie des Guides chaque année.

Découvrez quelques portraits de Guides


Et Demain ?


"On doit allier la tradition avec la modernité. C'est à dire lier notre histoire, notre savoir-faire et les attentes de la clientèle. Bien sûr l'alpinisme est essentiel, mais la demande est beaucoup plus large : escalade, canyon, via ferrata, des stages multi activités … On voit aussi une attente pour des nouvelles pratiques : Chamonix - Zermatt Speed en trois jours ou des ascensions d'été en formule, elles-aussi, speed ! On a aussi un rôle dans la transmission des techniques et des savoirs. Nous avons un stage de préparation à l'aspirant guide ; nous allons certainement creuser plus cette piste. Je me souviens qu'un jour, avec un client, j'étais malade. J'étais content que mon client soit un minimum autonome ; il m'a réellement aidé. Nous devons aussi, par exemple, nous poser la question de l'accès à la montagne pour des gens qui parfois ne connaissent que la structure artificielle d'escalade (SAE) : comment passer de la "grimpe citadine" à la haute montagne ?
La montagne est plurielle et la Compagnie d'aujourd'hui se doit de l'être aussi. De l'accompagnateur passionné du milieu naturel au jeune guide surdoué rêvant de "Walker avec client" en passant par "l'ancien" et son expérience unique, chaque membre doit pouvoir trouver sa place dans la structure. C'est ça notre richesse, notre force !"

David Ravanel, ancien président de la Compagnie des Guides et co-auteur du livre "200 ans d'histoire(s)" qui paraîtra le 19 mai 2021 aux Editions Glénat.


LA FÊTE DES GUIDES


La première Fête des Guides a eu lieu le 15 Août 1924 avec pour marraine l’épouse du célèbre fabricant de parfum François Coty. Historiquement placés sous la protection de la Sainte Vierge, les guides de l’époque avaient naturellement choisi le jour de l’assomption pour son organisation. L’objectif de cette première fête était de récolter des fonds au profit de la Caisse de Secours dont les cotisations étaient devenues insuffisantes pour couvrir les besoins.
Près d’un siècle plus tard, l’objectif de la Fête des Guides n’a pas changé. En plein cœur de l’été, les membres, les nombreux bénévoles et les commerçants se mobilisent au profit de la Caisse de Secours dans un esprit de partage et de solidarité. Les jours précédant le 15 août, des animations sont organisées dans tous les villages de la vallée. Activités, conférences, spectacles, défilés, hommages et discours célèbrent la montagne et ses acteurs dans une ambiance festive et conviviale.
Traditionnellement, la Fête des Guides s’achève le 15 août par une cérémonie sur le parvis de l’église de Chamonix en présence des pouvoirs publics. C’est un moment solennel marqué par le discours du président de la Compagnie des Guides et par l’intronisation des nouveaux membres. C’est aussi pour les membres l’opportunité de rendre hommage à leurs clients les plus fidèles en leur remettant une médaille de fidélité ou de difficulté symbolisant le chemin parcouru par leur cordée.

Programme de la Fête des Guides

Fête des Guides

 

 

Folleto

DOSSIER PRESSE 200 ANS.pdf

Otros artículos de esta categoría

Publié le 09/04/2021

Une Chronique du Ski à Chamonix

Publié le 12/04/2021

1924 : Les premiers Jeux Olympiques d'Hiver

Los últimos artículos

Publié le 03/08/2021

Randonner avec son chien

Publié le 28/07/2021

Les bijoux des Bossons